Nos chers voisins: L’un des comédiens est accusé de propos et de gestes osés

Nos chers voisins: En mars dernier, la pièce de théâtre Boeing Boeing s’est soudainement interrompue après les accusations de deux actrices à l’encontre du comédien vu sur TF1.

Nos chers voisins

Depuis le lancement de #MeToo en octobre 2017, la parole des femmes n’en finit plus de se libérer. Pour autant, cela reste toujours aussi difficile pour certaines de témoigner. Comme l’atteste cette nouvelle affaire. Selon nos confrères de Mediapart, Thierry Samitier est accusé de propos et de gestes déplacés. Deux de ses partenaires de la pièce de théâtre Boeing Boeing ont déposé une main courante en février et mars derniers. Nos chers voisins

Nos chers voisins

Les faits remontent à octobre 2018. «Alors que je prenais un Vélib’, Thierry est arrivé derrière moi. Il a mis son bras autour de mon cou et il m’a dit à l’oreille que j’étais une actrice fantastique. Dans le même temps, il avait collé son sx au niveau de mes fesses», raconte Alice (prénom d’emprunt), 35 ans, dans sa main courante. De son côté, Inès ( un autre prénom d’emprunt), 39 ans, se souvient de regards insistants et relate une situation similaire survenue un soir dans sa loge après une répétition. «Thierry est arrivé derrière et a collé son sx contre mes fesses, en me disant “pourquoi t’as peur de moi?” avec un ton très pervers et il riait.» Et quelques jours plus tard, c’est seule à la machine à café, que la comédienne a dû repousser l’acteur de 55 ans qui l’a coincée contre un mur pour essayer de l’embrasser.

Nos chers voisins

Début novembre, alors que les répétitions de la pièce de Marc Camoletti démarrent, Thierry Samitier serait allé encore plus loin. «Il a profité des scènes de bai sers pour mettre la langue lorsqu’il devait m’embrasser dans le cadre de la pièce. Il a fait ça à plusieurs reprises», affirme Alice. Prévenu, Philippe Hersen, le metteur en scène, décide d’aller voir le comédien «pour lui dire que c’était inadmissible». «J’étais très embêté et inquiet, car, en plus, ma femme jouait dans la pièce», précise-t-il à Mediapart. Rien n’y fait. L’acteur connu pour son rôle dans Nos chers voisins sur TF1 aurait recommencé avec Inès. Une fois encore avec Alice. «Devant toute l’équipe, j’ai volontairement rappelé Thierry à l’ordre en lui disant de ne pas mettre la langue», explique Alice dans sa main courante. Nos chers voisins

Nos chers voisins

Des faits corroborés par Frank Lebœuf. «Ce soir-là, j’ai vu Alice sortir de scène en tremblant et en disant à Thierry d’arrêter de mettre la langue. J’ai dit à Thierry: “Mais t’es un grand malade toi, va falloir que t’arrêtes, tu sais que je défends une association qui lutte contre les violences faites aux femmes” [l’association Elles s’imaginent, ndr]», explique l’ancien footballeur. Plus tard, celui-ci a reçu un SMS de son partenaire disant que «tout était faux, qu’il était ho mosxel, et que, pour lui, “embrasser des femmes, c’était comme embrasser des merdes de chien”».